Juillet Noir

0

Le Juillet Noir (கறுப்பு யூலை) est un évènement survenu lors du mois de juillet 1983, semblerait-il[1] en réponse à une embuscade des Tigres de Libération de l’Eelam Tamil (LTTE) sur un groupe de 13 soldats de l’armée sri-lankaise. Après près de 40 ans de lutte pacifique du Peuple Tamil face à l’oppression étatique cinghalaise, le 22 mai 1972, les Nouveaux Tigres Tamil (TNT) voient le jour. Ce groupe va mener des actions militaires dans les zones tamiles du nord du Sri-Lanka. Sur la volonté de son fondateur, V.Prabhakaran, il sera refondé comme Tigres de Libération de l’Eelam Tamil (LTTE). La refonte du groupe correspond à un changement dans la politique de combats et les Tigres Tamils vont s’engager dans une lutte de guérilla intensif, dans leurs premières années d’existence, en visant les structures militaires et policières. C’est dans ce contexte que le 23 juillet, une embuscade cause la mort des 13 soldats. Dès le lendemain, un pogrom anti-Tamils se met en place sur l’entier du territoire sri-lankais. Ainsi, durant 7 jours des incendies et attaques ciblées contre les Tamils et leurs propriétés se font voir à travers tout le pays. D’une férocité extrême, les assaillants quasi exclusivement Cinghalais, vont tuer à la machette et mettre le feu dans les territoires Tamils. Les assaillants allaient même jusqu’à créer des barrages routiers pour mener des identifications ethniques ; si les passagers du véhicule avaient le malheur d’être Tamil ils se voyaient poignardés ou brûlés dans leur véhicule.

Il faut aussi noter ici la participation avérée et honteuse des moines bouddhistes qui encourageaient les assaillants à faire le plus de dégâts matériels et humains. Ainsi William McGowan écrit dans son livre que deux jeunes filles Tamils de 18 et 11 ans ont été violées et décapités par plusieurs hommes, et brûlées par la suite. Durant ce temps, une lignée de moines bouddhistes vociférait des paroles haineuses envers les Tamils en déclarant que l’entier de ces derniers devaient être tués.

Le Black July verra la mort de près de 3000 Tamils sans compter les coûts économiques sur la communauté qui sont évalués à 300 millions de dollars et qui se dénombre aussi par les 18’000 propriétés détruites. Cet épisode va marquer la date officielle du début du conflit armé sri-lankais qui durera jusqu’au 18 mai 2009.

[1] Un membre de la Commission International des Juristes émet en effet des sérieux doutes quant au fait que ces deux événements soient liés, car l’information de l’embuscade n’a été que tardivement révélé dans l’entier du pays. Il est donc probable selon lui que ces massacres aient été planifiés et conçus bien auparavant. L’embuscade et le début de ces derniers ne seraient ainsi qu’une coïncidence hasardeuse.

Share.

Comments are closed.