10ème commémoration de la mort du brigadier S.P. Thamilselvan

0

Le 2 novembre 2007 marque l’une des plus tristes et les plus graves pertes pour la population tamile de l’Eelam, puisque c’est ce jour que l’homme charismatique et populaire, qui nous a donné espoir avec son seul sourire, a été assassiné de sang-froid par un raid aérien lancé par le gouvernement sri-lankais. Avec lui, ont également été tués, le Colonel Anpumani (Alex), le Major Mikuthan, le Major Nethaaji, le Lieutnant Aadchivel et le lieutenant Maavaikumaran.

Né le 29 août 1967, Suppayya Paramu Thamilselvan rejoint les Tigres de Libération de l’Eelam Tamil en 1983 et consacre depuis, sa vie, à la lutte pour la liberté. Pendant 23 ans, il a fait parti et à servi au sein des  Tigres de Libération de l’Eelam Tamil (LTTE) assumant différentes sortes de responsabilités. En effet, ayant été combattant à ses débuts, il a dirigé ensuite en tant que commandant, de nombreuses offensives militaires contre les forces armées du gouvernement sri-lankais sur le terrain de Jaffna. En 1993, cependant, se blessant à la jambe, il est appelé à intégrer l’aile politique du LTTE. Ici aussi, le brigadier Thamilselvan, dans son nouveau rôle de responsable de l’aile politique des Tigres  Tamils, le Brigadier Thamilselvan conduit au côté du porte-parole international des LTTE, Anton Balasingham, les pourparlers avec la communauté internationale et le gouvernement sri-lankais en vue d’obtenir un cessez-le-feu et de promouvoir la paix.  En plus de sa notoriété sur le plan régional et mondial, il était également et surtout très apprécié par le dirigent des Tigres Veluppillai Prabhakaran pour ses qualités de leadership mises en évidences lors des négociations menées par ses soins suite à la désolante détérioration de la santé d’Anton Balasingham et la mort tragique de ce dernier en 2006. C’est ainsi que le leader lui-même le qualifiait comme étant « la colombe de la paix » et il reçut également, après sa mort, le titre de brigadier, titre correspondant au plus haut rang au sein du LTTE.

Enfin, en ce jour, souvenons-nous des paroles et des actes de S. P. Thamilselvan et agissons en sa mémoire :

« Chers Tamils de la diaspora, adressez-vous aux médias, aux politiciens et à vos concitoyens dans les pays dans lesquels vous vivez et dites-leur la vérité. La vérité sur les atrocités qui se produisent dans notre pays. Dites-le à toutes les personnes que vous connaissez. Les gouvernements des pays dans lesquels vous vivez soutiennent le gouvernement sri-lankais. Faites appel à leur conscience et à l’humanité. Nous ne voulons pas de violence. Nous voulons simplement faire appel à l’humanité de ce monde. Pour que ce monde nous écoute, nous devons nous battre très dur, surtout ensemble, avec les gens de la diaspora. Pour sauver notre peuple, nous devons renaître de pleine force. Que ce soit le Tamil Eelam ou la Diaspora, partout doivent briller en nous, volonté et combativité. Le pouvoir unifié des Tamils doit être manifesté très visiblement aux yeux de tous. Le combat doit être porté à la connaissance de tous. Nous ne pouvons rester dans cette situation. En cette heure, nous devons tous être vigilants et nous battre pour notre peuple, pour notre patrie. Nous ne voulons rien d’autre que la justice.  »

Encore aujourd’hui, ces mots prennent tout leur sens. Ainsi, en ce jour, chacun de nous devrait non seulement commémorer ce grand héro, mais devrait également contribuer à poursuivre son rêve et lutter.

Share.

Comments are closed.