Journée de la femme

0

Une journée pour se souvenir des réalisations sociales et politiques des femmes, l’opportunité de renforcer la lutte contre la discrimination et la violence, un moment pour réfléchir aux étapes à franchir ; la Journée internationale de la femme, le 8 mars de chaque année, c’est tout cela et plus encore.

La Journée internationale de la femme est officiellement née aux États-Unis le 28 février 1909. Elle a été créée par le Parti socialiste américain qui, à cette date, a organisé une grande manifestation en faveur du droit de vote des femmes. Le thème avait déjà été longuement discuté les années précédentes aux États-Unis et par les délégués du VIIe Congrès de l’Internationale Socialiste (tenu à Stuttgart en 1907).

Les manifestations pour le suffrage universel rejoignirent bientôt d’autres revendications des droits des femmes. Entre novembre 1908 et février 1909, des milliers de travailleurs new-yorkais ont milité pendant des jours et des jours exigeant une augmentation des salaires et une amélioration des conditions de travail. En 1910, le VIIIe Congrès de l’Internationale Socialiste propose alors pour la première fois de célébrer une journée dédiée aux femmes.

Le 25 mars 1911, tombe la goutte qui fait déborder le vase: dans l’usine Triangle de New York, un incendie s’est déclaré et 146 travailleurs (principalement des femmes immigrées) perdent la vie. C’est probablement de là qu’est née la légende de « l’usine de coton ». À partir de ce moment, les manifestations de la femme se multiplient. Dans de nombreux pays européens, dont l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, des journées dédiées aux femmes deviennent coutumes.

La date du 8 mars est entrée pour la première fois dans l’histoire en 1917, lorsque ce jour-là les femmes de Saint-Pétersbourg descendent dans les rues pour réclamer la fin de la guerre, donnant ainsi vie à la «révolution russe de février». Cet événement inspira les délégués de la deuxième Conférence internationale des femmes communistes à Moscou qui choisirent de célébrer le 8 mars, la Journée internationale de l’opéra.

Un voeux spécial adressé aux femmes tamiles

En ce jour spécial, nous voudrions rappeler la grande détermination des femmes tamiles qui ont sacrifié leur vie.

La première femme, une martyre, a sacrifié sa vie le 10 octobre 1987 dans la ville de Moppay, dans le district de Jaffna, pour la liberté du peuple tamil.

Elle est non seulement la première femme martyre, mais est aussi le premier soldat qui est mort dans l’offensive menée contre les troupes indiennes appelés IPKF, qui, à cette époque, se battaient avec les Cinghalais contre les Tamils.

Une autre femme qui se doit d’être souvenue est « Annai Poopathy », soit « la Mère Poopathy ». Elle résidait dans le district de Batticaloa et était mère de 10 enfants, dont des beaux-enfants. Deux de ses fils ont été tués par les troupes gouvernementales cinghalaises. Elle a vu de ses propres yeux les abus et les viols des troupes de l’IPKF et des Cinghalais contre les femmes tamiles. C’est suite à cela, qu’elle entrepris la grève de la faim, demandant la trêve et la justice. Commençant la grève le 19 mars 1988 (le mois des femmes) et mourut exactement un an plus tard. En plus d’elles, deux millions d’autres femmes perdirent la vie pour obtenir la dignité du peuple tamil, pendant que certaines vivent encore, cependant incapables de mener une vie normale, notamment et surtout à cause de la guerre.

Nous souhaitons à toutes les femmes une bonne fête de la femme.

Share.

Comments are closed.