Anna, Thileepan Anna (Mon frère, mon très cher frère Thileepan)

0

« Je sais que la vie est inestimable. Mais encore plus inestimables sont nos droits, notre liberté, notre dignité. » Leader du Tamil Eelam, Velupillai Prabhakaran

« Mon frère… Cela fait maintenant 31 ans que votre vie nous a quitté. Pourquoi avoir fait cette grève de la faim et de la soif, avoir dégradé votre santé et finalement y avoir laissé votre vie ? Vous avez mis en avant cinq requêtes. Même après ces 31 années, vos requêtes n’ont pas été remplies, mon frère »

En 1987, les Soldats Indiens du Maintien de la Paix ont été envoyés au Sri-lanka suite à l’accord passée entre le Sri-Lanka et l’Inde. Mais finalement, à l’inverse de ce qui était prévu, les soldats indiens se sont alliés au gouvernement cinghalais pour agir contre le peuple Tamil.

Les soldats cinghalais ont fait en sorte que les réfugiés Tamils ne puissent plus rejoindre leur village natal. De plus en plus vite, le gouvernement cinghalais a facilité la colonisation des cinghalais sur le territoire tamil, et ce, avec le soutien du gouvernement cinghalais. Les terres appartenant depuis des générations aux Tamils leurs ont été arrachées par les cinghalais. La région de l’est a notamment été la cible de grandes vagues de colonisations. De plus en plus de postes de polices sous le contrôle du gouvernement cinghalais ont été installés sur le territoire Tamil. Certains groupes ont commencé à commettre de plus en plus de crimes atroces, tels que des meurtres, des vols et même des enlèvements de personnes. La situation devenait de plus en plus dangereuse. De plus, plusieurs clauses de l’accord qui a été acceptée n’ont pas été effectuées. Le gouvernement indien et les troupes indiennes n’ont pas seulement été spectateurs de tout cela, ils y ont aussi contribué.

Même lorsque les Tigres de Libération de l’Eelam Tamil ont mis en avant cinq requêtes pour que l’état indien tienne ses promesses envers le peuple Tamil afin de mettre un terme à cette situation plus que discriminatoire, aucune réponse ne leur a été livrée.

En voyant la déception du peuple Tamil, Thiyaagatheepan, la flamme du sacrifice, lutte contre sa faim et sa soif, jusqu’à y laisser sa vie, pour combattre les injustices de manière non-violente. Âgé de 23 ans, il laisse derrière lui ses études de médecine pour lutter, l’esprit ferme, pour son peuple, pour toute l’ethnie Tamile. Il entreprend sa grève de la faim le 15 septembre 1987 au Temple Kandasamy à Nallur.

Voici les 5 requêtes qu’il a mis en avant :

  • Libérer tous les Tamils détenus dans les postes de police, les camps militaires et les prisons sous l’acte sri-lankais de Prévention du terrorisme (PTA).
  • Mettre fin à la colonisation, parrainée par le gouvernement, des zones Tamiles.
  •  Arrêter l’installation de postes de polices sur les zones Tamiles dont le personnel est       exclusivement Cingalais.
  • Retirer les forces de sécurité srilankaises des zones Tamiles et désarmer les gardes des maisons sous la supervision de l’armée indienne.
  • Suspendre toute réhabilitation de travail jusqu’à la formation d’un gouvernement temporaire pour les patriotes Tamils

Les étudiants et le peuple, beaucoup l’ont rejoint et l’ont supporté. Ils ont vu sa santé se dégrader, ils s’en sont inquiété, en ont pleuré et en ont souffert. Mais le gouvernement indien ne leur a fait parvenir aucune réponse. Thileepan Anna était déterminé a continué sa grève jusqu’à son dernier souffle, sans boire ne serait-ce qu’une seule goutte d’eau, tant qu’une réponse favorable lui est parvenue. Ainsi, n’ayant reçu aucune réponse, il continuera sa grève de la faim et de la soif jusqu’à en laisser sa vie en héro, le 26 septembre 1987. Son corps sera ensuite donné à la faculté de médecine, comme il l’avait souhaité avant sa mort. Son sacrifice sans malhonnêteté fait de lui un héros encore admiré de tous.

Aujourd’hui 31 années se sont écoulées. Combien de Maveerar (de combattants) ? Combien de civils ? Combien de pertes ? Combien de souffrances ? Même après avoir enduré tout cela, le peuple Tamil n’aura jamais reçu de réponse aux requêtes mises en avant par Thileepan Anna. Par-dessus cela, il est regrettable de constater que la situation n’a toujours pas évoluée.

Quoi qu’il en soit…. Nous n’abandonnerons pas ! Mon frère (Anna) ! Nous n’abandonnerons pas !

« Tant qu’existeront dans ce monde l’injuscte et l’oppression, tant qu’existeront dans ce monde des peuples privés de leur liberté, existeront alors des luttes pour la libération. Ceci est une inévitable réalité historique. » comme l’a affirmé le leader. Vous l’avez si bien dit, Anna,

« Que la révolution populaire éclate ! Que l’Eelam Tamil indépendante fleurisse »

Share.

Comments are closed.